L'allaitement et la religion

Le choix de l’alimentation du futur nouveau né est une question que chaque maman se pose lors de sa grossesse : lait maternel ou lait artificiel ? C’est un choix très important pour le bébé, mais aussi pour la maman et toute la famille.

                                                                     

L’allaitement est préconisé dans le Coran jusqu’à l’âge de deux ans (années lunaires). L’OMS affirme cette information, et nous prouve encore une fois qu’Allah à la connaissance parfaite de tout ce dont il crée.  « Et les mères qui veulent donner un allaitement complet, allaiteront leurs bébés deux ans complets. Au père de l’enfant de les nourrir et vêtir de manière convenable. Nul ne doit supporter plus que ses moyens. La mère n’a pas à subir de dommage à cause de son enfant, ni le père à cause de son enfant. Même obligation pour l’héritier. Et si après s ‘être consulté tous deux tombent d’accord pour décider le sevrage, nul grief à leur faire. Et si vous voulez mettre vos enfants en nourrice, nul grief à vous faire non plus, à condition que vous acquittiez la rétribution convenue, conformément à l'usage. Et craignez Allah, et sachez qu'Allah observe ce que vous faîtes. »  (S2/V233)

En ce qui concerne le dépassement de la durée de deux ans, il y a plusieurs avis donc divergence. Certains disent qu’il n’y a aucun mal à aller au-delà si l’enfant en a encore besoin, d’autres pensent que non…

Dans le tafsir d'Ibn Kathir il est dit que la durée est de deux ans

Cheikh Al Othaïmine dit qu'il s'agit de deux années (24 mois lunaires), c'est-à-dire sans diminution. 


Ensuite c'est dans l'interprétation du reste de cette partie de verset qu'il est expliqué (dans le tafsir d'Ibn Kathir) que la femme a le droit en commun accord avec son mari de diminuer cette durée si l'enfant n'a plus besoin de son lait. Et c'est bien précisé qu'il faut que le sevrage (avant ses 2 ans) soit fait d'un commun accord et dans l'intérêt de l'enfant uniquement. 


Le cheikh Al Othaïmine dit concernant cette partie de verset : 
« Ce qui est voulu ici est la réciprocité de l’avis entre les deux consultants à une conclusion profitable et plus juste. Il faut que la concertation soit dans l’intérêt de l’enfant. Qu’ils voient si c’est dans l’intérêt de l’enfant de le sevrer avant deux ans, si c’est dans l’intérêt de l’enfant d’être allaité deux années complètes ou si c’est dans l’intérêt de l’enfant qu’il soit allaité encore après deux années aussi, il est possible que l’enfant ait encore besoin d’être allaité même après deux années. » 

Toujours dans son explication de ce verset, le cheikh Al Othaïmine répond a cette question : Est-ce qu'il est permis d'aller au delà des deux ans ? 
Il a dit : 
« Il faut se référer à la situation de l'enfant. Si l'enfant a encore besoin du lait, il faut continuer et s'il n'a plus besoin, l'allaitement peut se terminer. La parole d'Allah « Ar-Ridhaâ » est un nom Masdar qui signifie : l'allaitement dont a besoin l'enfant. »

Questions / Réponses 

Q : La femme qui n'allaite pas ses enfants commet-elle un péché?

R : Son devoir est d'allaiter ses enfants.

Les fatwas du Comité Permanent des recherches scientifiques Islamiques et de l'Iftâ' - Premier groupe - Fatwa :5953 Partie :21 Page :7

Q : L'allaitement d'un enfant âgé plus de deux années entraîne-t-il une prohibition parentale?

R : Les tétées données après les deux ans révolus n'entraînent pas une prohibition parentale.

Les fatwas du Comité Permanent des recherches scientifiques Islamiques et de l'Iftâ' - Premier groupe - Fatwa :3975 Partie :21 Page :42

Q :  Je lui ai demandé de sortir du lait de son sein pour le donner à boire (dans un biberon) à un petit garçon de 8 ans: cet allaitement est-il prohibitif?

R : Cela n'est pas prohibitif.

Les fatwas du Comité Permanent des recherches scientifiques Islamiques et de l'Iftâ' - Premier groupe - Fatwa :14590 Partie :21 Page :47 – 48

Q : Est-il permis de retarder le sevrage d'un enfant au-delà des deux années?

R : Cela est permis.

Les fatwas du Comité Permanent des recherches scientifiques Islamiques et de l'Iftâ' - Premier groupe - Fatwa :5881 Partie :21 Page :59 

Question :

 Certaines femmes n'allaitent pas leurs enfants pour garder leur forme, et d'autres n'achèvent pas leur allaitement, est-ce qu'elles commettent par cela un péché ? Dans l'attente de votre réponse. Qu'Allah vous accorde la réussite. 

 Réponse :

 Il est un devoir pour la femme de pratiquer l'allaitement de ses enfants pour les garder en bonne santé, et non pas de leur donner seulement le lait industriel ou autre sauf avec accord de son mari et après sa consultation par rapport à cela, et sans qu'il y ait de nuisance pour les enfants. 

 Qu'Allah vous accorde la réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons. 

 المرأة التي لا ترضع أولادها هل تأثم

س 14: بعض النساء تترك أطفالها من أجل الحفاظ على صحتها، فلم ترضعهم، والبعض الآخر لا يتمون الرضاعة، فهل عليهن إثم في ذلك؟ أرجو الجواب وفقكم الله

ج14: الواجب على المرأة أن تحافظ على إرضاع أولادها وأسباب صحتهم، وليس لها الاكتفاء بالحليب المستورد أو غيره إلا برضى زوجها بعد التشاور في ذلك، وعدم وجود ضرر على الأولاد

وبالله التوفيق، وصلى الله على نبينا محمد وآله وصحبه وسلم

السؤال الرابع عشر من الفتوى رقم - 5953

 La question 14 de la Fatwa numéro ( 5953 ) copié de alifta.com

 Comité permanent [des savants] de l'Ifta - اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء

Voila quelques fatwas, vous en trouverez surement d’autres sur ce sujet.

En ce qui concerne la religion, on peut aussi se demander devant qui pouvons nous allaiter ? Devant nos maris biensur, et il va de soi de ne plus le faire devant des enfants pubères ou en âge de comprendre ce que sont les choses cachées, et devant les femmes.

 

Question : La femme peut-elle allaiter devant les autres femmes ? 

  A cela, Cheikh Moqbil répond : « Oui, je considère qu’il est permis à la femme d’allaiter devant les autres femmes ».

Voila je pense que l’on a fait le tour de la question, en ce qui concerne les questions que l’ont peut se poser sur l’allaitement et la religion.

Ajouter un commentaire